Cannelle et Kermous

CANNELLE ET KERMOUS

Un beau jour, une collègue de mon père lui dit "il y a une petite minette sauvage qui vient régulièrement manger dans la gamelle du chien ou du chat ; si je l'amène dans ton quartier, est-ce que tu lui donnerais à manger ?"

Il faut dire qu'elle venait de récupérer son chat, qui avait fugué pendant trois semaines, par jalousie ! Voilà comment Cannelle est arrivée à la maison en octobre 1983 !

L'affaire n'a pas été simple, car elle était vraiment très sauvage et ne voulait pas rentrer dans la maison. Nous lui donnions donc à manger dehors et, pendant ce temps, ma mère en profitait pour faire les travaux d'approche, ce qui n'était pas évident...

La saison froide arrivant, il fallait faire quelque chose pour notre petite nouvelle (à l'époque, il n'y avait pas encore de chatière dans l'atelier). Mon père lui avait donc bricolé une niche contre le mur du jardin, qu'il avait soigneusement isolée intérieurement avec de la moquette épaisse, pour que mademoiselle Cannelle n'ait pas trop froid pendant l'hiver.

Puis le printemps et les beaux jours sont enfin arrivés et nous avons pu commencer à laisser la porte-fenêtre du salon ouverte. De temps en temps, Cannelle entrait mais il ne fallait surtout pas faire le moindre geste, autrement elle avait peur et repartait aussitôt. N'empèche qu'elle crevait d'envie de venir faire un calin... Un jour, elle finit alors par se décider timidement à aller sur les genoux de maman, alors assise dans le fauteuil ; c'était un début.

Par un beau matin du mois de mai, notre voisin nous interpelle de l'autre côté du grillage et nous annonce que Cannelle avait fait ses petits dans son ancienne petite maison, qu'il avait depuis aménagée en poulailler. Il nous tend alors une cagette en bois avec deux petite boules orangées dedans.

Cannelle, qui avait un instinct maternel très développé, a suivi et, depuis ce 15 mai, a réellement commencé à s'apprivoiser. Ce qui était très amusant, c'est que, lorsqu'elle avait envie de sortir, elle allait chercher maman, faisait une halte près du panier où étaient les petits et se dirigeaut ensuite vers la porte ; le message était très clair : "je sors, tu gardes les enfants" ! Voilà qui nous a valu de bonnes crises de rigolade !

Les chatons grandissaient à vue d'oeil. Kermous était roux, Socrate également, mais beaucoup plus clair et angora. Nous avons d'ailleurs identifié le papa : un superbe chat roux et blanc, avec une fourrure angora épaisse, qui continuait de venir régulièrement rôder dans le coin. C'était d'ailleurs le seul chat que Cannelle acceptait dans "son" jardin !

Lorsque les petits furent sevrés, Socrate a rejoint une maison voisine et nous avons gardé Kermous. Ce qui était amusant, c'était de voir la complicité qu'il y avait entre les deux frères et la mère : Socrate venait régulièrement à la maison pour retrouver sa petite tribu, jusqu'au jour où, quelques années après, ses propriétaires ont décidé de déménager.

Kermous nous a quittés en 1993 ; comme il était vorace et qu'il avait toujours un boyau de vide, nous avons supposé qu'il s'était empoisonné. Le dimanche soir, il n'était pas comme d'habitude et nous allions l'emmener chez le vétérinaire le lundi. Nous n'en avons malheureusement pas eu le temps : le lundi matin, nous l'avons retrouvé mort, couché en rond dans son fauteuil...

Cannelle, quant à elle, a vécu jusqu'à l'âge honorable de 18 ans et demi, ce qui correspond environ à 97 ans chez les humains. Elle est morte en octobre 2001, pendant que j'étais en vacances en Touraine. Sa disparition a été un drame pour tout-le-monde : nous y étions très attachés et nous avons pleuré tous les trois !


31/05/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion